Nature quantique de l’eau

Domaines de cohérence

Marc Henry, nous explique ici comment la notion matérielle de la matière peut délibérément échapper à l’observateur non averti de sa nature quantique.

Mon but n’est pas de transformer mon lecteur en scientifique accompli, mais au moins de lui faire visiter des notions fondamentales permettant de relativiser les certitudes matérialistes… limitatives.

Physique quantique des champs

(je cite ici Marc Henry)

Une particularité liée à la physique quantique des champs est que, pour un état quantique donné, le nombre de particules, n’est pas toujours défini. C’est (entre autres) ce qui interdit d’employer systématiquement une description purement corpusculaire de la matière. Cela interdit aussi de définir le vide comme un milieu qui ne contient aucune particule. Ainsi, lorsque deux particules (par exemple, deux électrons) interagissent, elles peuvent le faire « simplement », en échangeant un seul photon.

Toutefois, ce photon peut, une fois qu’il a été émis par le premier électron, disparaître. Ce faisant, il génère une paire de particule/antiparticule. Il peut aussi réapparaître un moment plus tard, avant l’absorption par le deuxième électron, par recombinaison de la paire créée de manière furtive. Ceci implique, entre autres, que la masse des particules ne serait pas une propriété intrinsèque des particules elles-mêmes, mais serait étroitement liée à la manière dont celles-ci interagissent avec la structure quantique du vide.

Particules virtuelles

La conséquence principale de cette particularité est l’impossibilité de considérer la matière comme étant constituée d’une somme de particules élémentaires, se déplaçant dans le vide. Ceci implique que l’élémentarité ne peut plus se concevoir en termes d’objets. Le vide contient en effet des particules « virtuelles » qui sont clairement responsables de la masse au repos des choses. Le vide ne se contente donc pas de s’opposer à la matière. Il devient un composant incontournable de la matière. Le fait que la matière puisse échanger de l’énergie virtuelle avec le vide qui la constitue a des conséquences tout à fait remarquables.

Pour comprendre cela, considérons N quanta vibrant avec une fréquence f. Selon la relation de Planck-Einstein, chaque quanta véhicule une énergie E = h·f, où h désigne la constante de Planck. Dans ces conditions, l’énergie E totale associée à N quanta tous identiques s’écrira : E = N×(h·f). Toutefois, en physique quantique des champs, le nombre de particules est autorisé à fluctuer d’une quantité ∆N. Il en découle alors un flou énergétique ∆E = ∆N×(h·f). D’autre part, l’angle de phase φ de l’onde associée au quanta de fréquence f varie comme φ = 2π·ν·t. On aura donc pour une résolution temporelle ∆t, un flou sur la phase ∆φ = 2π·ν·∆t. Or, selon de principe d’incertitude d’Heisenberg, le flou en énergie ∆E et le flou en durée de vie ∆t doivent toujours être tels que ∆E·∆t ≥ ħ/2.

Cohérence et incohérence

Ceci conduit directement à la relation d’incertitude fondamentale de la physique quantique des champs : ∆N×∆φ ≥ 1/2. Cette relation nous informe sur l’existence de deux types d’états pour la matière. Un état « séparable » ou encore « incohérent » où le nombre d’objets ne fluctue pas, soit ∆N = 0. Ceci entraîne bien sûr ipso facto une incertitude totale sur la phase quantique. Ces états incohérents nous sont bien familiers, car ils interviennent dès qu’il est possible de compter les choses. Comme beaucoup de choses naturelles sont dénombrables, cela permet d’ignorer l’existence d’une phase quantique.

Toutefois, cet état d’incohérence s’oppose à un autre état « inséparable » ou encore « cohérent ». Ici, il peut exister d’énormes fluctuations du nombre total d’objets qui ne cessent d’être créés ou détruits. La conséquence est que la phase quantique prend une valeur de plus en plus précise puisque dans ces conditions ∆φ → 0. Cohérence signifie ici qu’il est  parfaitement vain de vouloir compter le nombre de constituants élémentaires. Même si ces derniers sont séparables par la pensée, ils se comportent physiquement comme un seul bloc. En fait, ils forment une seule entité indissociable, car soudée par la cohérence de phase qui règne au sein de cette entité.

Les Microzymas

Lorsque Béchamp met à jour cette découverte, il fait entrer le monde scientifique dans ce qu’on nomme actuellement le monde quantique.

Or il arrive bien avant Einstein et Broglie

Mon intention, sur ce site, est de mettre en relation ces différents aspects du réel, tant du domaine strictement matériel, celui des physiciens, que du domaine vivant, celui des biologistes, et de le proposer à toute personne vivante comme base de réflexion.

Quelques liens pour préciser cette notion… :

Ainsi une notion fondamentale de la structure du vivant a été délibérément évacuée de cursus des étudiants en biologie et médecine.

La raison en est simple : cette notion amène à se repositionner face à soi même.

Tout ce qui m’a été raconté concernant la maladie est exclusivement un mensonge.

Le microzyma est constitué de silicium, lequel est le matériau qui sert à gérer la mémoire de tous nos ordinateurs , téléphones et autres tablettes informatiques.

Mes cellules sont leur œuvre, mes bactéries également.

Mes pensées et mes états d’âme agissent sur eux.

Et depuis que j’ai découvert cette notion, ma vie a changé. Je comprends mieux l’intuition, les synchronicités, le sens du mot vrai.

J’ai découvert que chaque intention, chacun de mes gestes est un acte créateur, et si je n’y prends pas garde, je perds ma “boussole” interne.

Il y aurait une longue liste d’expériences que j’ai vécues à raconter ici, mais je préfère laisser la place à toi qui lis de faire ton propre bilan.


La mémoire de l’eau

A l’époque où Jacques Benveniste publie les résultats de ses recherches sur la mémoire de l’eau, je viens de découvrir Rupert Sheldrake et la notion de champs morphiques. Cette théorie du biologiste Rupert Sheldrake suggère que la nature des choses dépend de champs – des champs morphiques. Chaque type de système naturel possède son propre type de champ ; il y a un champ pour l’insuline, un champ pour le hêtre, un champ pour l’hirondelle, etc. Ces champs façonnent les différents types d’atomes, de molécules, de cristaux, d’organismes vivants, de sociétés, de coutumes et de modes de pensée.

Ainsi, le cerveau, trop petit pour contenir la mémoire, n’est pas un organe de stockage mais un organe de liaison avec la banque de données du champ morphogénétique dans laquelle se mêlent passé, présent et futur.

Ces découvertes vont dans le même sens : la communication intemporelle.

Je découvre alors un livre ‘La vie secrète des plantes’ qui raconte diverses expériences menées de par le monde avec le monde végétal. Dans ce livre, un chapitre très particulier me fait penser à Benveniste et je lui envoie une photocopie en lui demandant son avis.

Il s’agit d’une petite entreprise des années 50 aux USA, l’UKOKA, qui a mis au point un appareil radio pour traiter les champs de maïs en utilisant non pas un pesticide, mais les fréquences vibratoires dudit pesticide. Et les résultats sont impressionnants. A tel point qu’ils se verront interdits d’exercer après la confiscation de leur matériel par l’armée étasunienne.

Jacques Benveniste me répond deux mois plus tard en m’expliquant que sa vie a basculé, qu’il n’a plus accès à ses locaux et que son courrier lui est remis avec retard, ce qui explique son délai de réponse, mais que le contenu de ma lettre lui plaît beaucoup et que si un jour il peut à nouveau reprendre des recherches, il les orienterait dans ce sens.

Et puis le temps a passé.

Voici quelques mois, je découvre un site dédié à son œuvre, et géré par ses fils. Nous échangeons quelques mots sur cette histoire et, un beau matin, je réalise ceci :

La mémoire de l’eau n’est pas une notion à prendre à la légère !

Lorsque se met en place le système international des poids et mesures, on utilise la planète pour les unités de longueurs, et l’eau comme unité de poids, ces deux entités étant omniprésents sur notre terre nourricière.

Ainsi le décimètre est appelé le litre et le même litre empli d’eau est nommé kilo. Kilo est mot grec qui signifie mille. Un litre d’eau contient donc mille grammes.

Tiens donc : gramme est aussi un mot grec !

Gramme signifie lettre. Une lettre écrite, voire gravée. Pour qu’on s’en rappelle.

Mais qui se rappelle du sens des mots grecs ?

On a ainsi nommé l’eau (mais qui donc ?) mémoire !

On entend couramment le verbe “engrammer” dont le sens va au delà du simple savoir intellectuel. Engrammer quelque chose, c’est vraiment en être imprégné au point de faire corps avec jusque dans nos cellules.

C’est exactement ce que fait l’eau. Dans chacune de nos cellules, il y a 22 milliards de molécules qui entrent et sortent en permanence, sans bruit, mais chacune a un rôle précis. Pour en savoir plus sur ce rôle, connectons nous au niveau de nos cellules et réapprenons à leur parler avec respect.

Aujourd’hui ordinaire

Oui, c’est toujours aujourd’hui que les choses se passent, que les idées viennent, les envies, les doutes, et tout le reste. La vie est un présent permanent et nous y sommes bel et bien plongés.

Notre allié, c’est le temps. Je peux ainsi réfléchir avant d’écrire ces mots, histoire de mettre en phase mon idée d’écrire avec les mots qui me viennent. Freiner l’enthousiasme débordant et encourager le calme de mon esprit. Oui, le temps est nécessaire pour cela. Une sorte de décantation salutaire s’opère qui permet d’éclaircir l’idée. La rendre pertinente.

Pourtant la notion de temps est souvent mal perçue. On se plaint souvent d’en manquer.

Or le temps est insaisissable, même les meilleures horloges le laissent partir. On sait conserver l’eau, les récoltes, les maisons qui nous abritent, mais le temps, lui, non !

Einstein nous a montré qu’il dépendait de la gravitation et, effectivement notre planète en est dotée, et nous y sommes posés sans même apprécier ce confort de pouvoir nous y mouvoir sans partir dans toutes les directions au moindre de nos mouvements.

Le même Einstein nous a également montré comment le temps pouvait se dilater avec la vitesse. La limite temporelle serait la vitesse de la lumière. Ainsi il existerait plusieurs plans temporels, liés à la gravitation locale (les planètes ou les astres n’ont pas la même masse, donc pas la même gravitation…) et un plan intemporel lié à la lumière.

Tiens donc : différentes temporalités co-existeraient ?

Je renvoie les septiques à l’ouvrage incontournable sur la question : “la Relativité”.

Avec les autres, je propose d’examiner ce qui distingue une connaissance intellectuelle d’une connaissance intuitive. Une cellule, qu’elle soit animale ou végétale, se passe d’intellect pour exister et coexister avec les autres cellules. Le sommeil en est bien la preuve puisque durant cette période, toutes les cellules opèrent sans cet ‘outil à penser’.

Et le résultat est bien là : les plantes sont prospères et digèrent la lumière en la ‘temporalisant’, les animaux absorbent cette manne végétale et vivent sans se poser de question. Seuls les humains profitent de cet état de fait, mais ils ont placé leur intellect au dessus du spontané cellulaire, prétendant tout expliquer.

Cette prétention n’est pas pour autant effective, car une foule de questions surgissent assez vite qui contredisent les tentatives intellectuelles, évidemment limitées car liées à la temporalité… On assiste alors à une scission entre les humains. Il y a ceux qui savent ce qu’ils ont appris et ceux qui doutent.

Comment sortir alors de ce mode binaire, existerait il un domaine de cohérence qui ouvrirait un espace nouveau ?

Je laisse la parole à Daniel Favre, que j’ai d’ailleurs eu l’occasion d’accueillir chez moi l’été dernier, invité par mon ami Richard Federman, journaliste itinérant.

Daniel Favre et l’incertitude

Quand les fractales prennent le pas sur les présupposés de la science…

Benoît Mandelbrot, en mettant à jour la notion fractale du vivant, a largement contribué à ébranler des connaissances hypothétiques admises au rang des certitudes.

Ce petit spot sur la question éclaire très bien les limites de notre ignorance.

A comparer avec les travaux du professeur Masaru Emoto sur les cristallisations sensibles…

Histoire des fractales

Cette image est une ‘fractale’.

En réalité, c’est une équation mathématique mise en image.

L’histoire des fractales est particulièrement intéressante à mes yeux, car elle commence par une impossibilité. Pour faire court, voici l’histoire : tout nombre multiplié par lui même donne un nombre positif. Ainsi l’ensemble des carrés des nombres est un ensemble positif, que ces nombres soient négatifs ou pas.

De ce fait on considérait que les nombres négatifs n’avaient pas de racine carrée.

C’était absolument exclu… Impossible même !

Jusqu’au jour où un individu décida de créer un nouvel ensemble qu’il nomma les imaginaires. Un farfelu pensa t-on. Et pour ce faire, il décida que l’unité des nombres imaginaires, i, serait tel que i multiplié par lui-même, donc i au carré, serait égal à -1.

Cette invention fut en réalité très utile pour résoudre des calculs qu’on pensait impossibles. Notamment dans le domaine de l’électricité et de la physique.

Sans ces imaginaires, nous n’aurions certainement pas accès à tout ces outils magiques liés à l’électricité. On s’habitua , non sans réticence à les utiliser en tant que ‘nombres complexes’ . Et puis il y eut Benoit Mandelbrot. Ce génie mathématique utilisa les nombres complexes pour tenter de comprendre des phénomènes aléatoires dans les connexions électriques des premiers ordinateurs en réseau. Et ainsi naquirent les équations dites ‘fractales’. Dont nous apercevons la forme première dans l’image d’en haut.

Bon, et alors ?

L’histoire ne fait que commencer : cette image, apparemment fixe, n’a pas de limites.

Et voilà comment d’une impossibilité mentale est arrivé un concept qui nous fait entrer dans un univers extraordinaire où nos habitudes de raisonner de façon linéaire se voient transcendées radicalement .

Quel est le point commun entre les oscillations des battements du coeur, la forme des nuages, le trajet d’un éclair et l’entrelacement microscopique des vaisseaux sanguins ? Les fractales. Ces aberrations mathématiques définissent toutes les formes géométriques que l’on retrouve dans la nature. Voici leur histoire.

Comment Benoît Mandelbrot balaye les idées reçues sur les limites des mathématiques.


Maintenant regardons comment peut s’opérer une perte du sens premier d’un concept fondamental :

L’histoire du mot : Pente

Lorsque Pythagore explique son théorème sur l’angle droit, il trace un triangle dont un côté vaut 3 unités, un autre 4 unités et le troisième, 5 unités.

Et il nomme le grand côté : hypoténuse.

Dans cet exemple, le plus simple à vérifier et à comprendre, l’hypoténuse vaut 5. En grec, 5 se dit : Penta.

Voilà comment le mot Penta (le chiffre 5 en grec) désigne maintenant une ouverture d’angle en géométrie (la pente d’un triangle) et , dans le langage courant, la notion de descente ou de montée d’un chemin ou d’une route. Les élèves qui n’ont pas compris le raisonnement de Pythagore ont retenu l’apparence visuelle de l’hypoténuse, et non sa valeur ! Pourtant la science mathématique se veut exacte, mais je n’ai jamais rencontré de mathématicien qui reconnaisse cette grossière méprise !