La mémoire de l’eau

A l’époque où Jacques Benveniste publie les résultats de ses recherches sur la mémoire de l’eau, je viens de découvrir Rupert Sheldrake et la notion de champs morphiques. Cette théorie du biologiste Rupert Sheldrake suggère que la nature des choses dépend de champs – des champs morphiques. Chaque type de système naturel possède son propre type de champ ; il y a un champ pour l’insuline, un champ pour le hêtre, un champ pour l’hirondelle, etc. Ces champs façonnent les différents types d’atomes, de molécules, de cristaux, d’organismes vivants, de sociétés, de coutumes et de modes de pensée.

Ainsi, le cerveau, trop petit pour contenir la mémoire, n’est pas un organe de stockage mais un organe de liaison avec la banque de données du champ morphogénétique dans laquelle se mêlent passé, présent et futur.

Ces découvertes vont dans le même sens : la communication intemporelle.

Je découvre alors un livre ‘La vie secrète des plantes’ qui raconte diverses expériences menées de par le monde avec le monde végétal. Dans ce livre, un chapitre très particulier me fait penser à Benveniste et je lui envoie une photocopie en lui demandant son avis.

Il s’agit d’une petite entreprise des années 50 aux USA, l’UKOKA, qui a mis au point un appareil radio pour traiter les champs de maïs en utilisant non pas un pesticide, mais les fréquences vibratoires dudit pesticide. Et les résultats sont impressionnants. A tel point qu’ils se verront interdits d’exercer après la confiscation de leur matériel par l’armée étasunienne.

Jacques Benveniste me répond deux mois plus tard en m’expliquant que sa vie a basculé, qu’il n’a plus accès à ses locaux et que son courrier lui est remis avec retard, ce qui explique son délai de réponse, mais que le contenu de ma lettre lui plaît beaucoup et que si un jour il peut à nouveau reprendre des recherches, il les orienterait dans ce sens.

Et puis le temps a passé.

Voici quelques mois, je découvre un site dédié à son œuvre, et géré par ses fils. Nous échangeons quelques mots sur cette histoire et, un beau matin, je réalise ceci :

La mémoire de l’eau n’est pas une notion à prendre à la légère !

Lorsque se met en place le système international des poids et mesures, on utilise la planète pour les unités de longueurs, et l’eau comme unité de poids, ces deux entités étant omniprésents sur notre terre nourricière.

Ainsi le décimètre est appelé le litre et le même litre empli d’eau est nommé kilo. Kilo est mot grec qui signifie mille. Un litre d’eau contient donc mille grammes.

Tiens donc : gramme est aussi un mot grec !

Gramme signifie lettre. Une lettre écrite, voire gravée. Pour qu’on s’en rappelle.

Mais qui se rappelle du sens des mots grecs ?

On a ainsi nommé l’eau (mais qui donc ?) mémoire !

On entend couramment le verbe “engrammer” dont le sens va au delà du simple savoir intellectuel. Engrammer quelque chose, c’est vraiment en être imprégné au point de faire corps avec jusque dans nos cellules.

C’est exactement ce que fait l’eau. Dans chacune de nos cellules, il y a 22 milliards de molécules qui entrent et sortent en permanence, sans bruit, mais chacune a un rôle précis. Pour en savoir plus sur ce rôle, connectons nous au niveau de nos cellules et réapprenons à leur parler avec respect.

Coïncidences remarquables

Lorsque Louis Kervran situe le contexte scientifique dans lequel s’opèrent ses recherches, je sens un esprit lucide, ouvert à une observation complète.

“Dans notre discipline, je mesurais les limites de notre savoir. Très vite, je me suis aperçu qu’en biologie, comme en physique, que des hypothèses étaient considérées comme des sciences exactes, des faits tangibles, sans avoir été ni expérimentées, ni vérifiées, qu’elle étaient contredites par les observations, ce qui m’a amené à étudier des voies que mes confrères négligeaient. Les physiciens de l’atome, enfermés dans leurs contradictions, étaient devenus insensibles au doute du savoir.”

Lorsque Lynn Margulis nous explique comment l’apparition de l’oxygène atmosphérique va donner naissance au règne végétal et au règne animal par le biais des mutations qu’opèrent les bactéries anaérobies, je sens le même esprit lucide.

Ces deux scientifiques ne sont quasiment jamais cités, mais ici je veux les honorer en montrant ce qui suit :

La chlorophylle et l’hémoglobine sont deux molécules distinctes, mais très similaires

La différence clé entre la chlorophylle et l’hémoglobine est que la chlorophylle est un pigment photosynthétique présent dans les plantes et d’autres organismes photosynthétiques, tandis que l’hémoglobine est un pigment respiratoire présent dans les globules rouges des vertébrés.

Au niveau chimique, cette différence est l’ atome de fer au cœur de l’hémoglobine et l’atome de Magnésium au cœur de la chlorophylle.

Au passage, je note que cette similitude permet de comprendre comment le monde végétal nous est bénéfique.

Mais on peut aller plus loin !

En me référant au tableau périodique des éléments de Mendeleïev, je constate que le numéro atomique du fer est 26 et celui du magnésium est 12. Ces deux chiffres me font directement penser à deux notions hébraïques, un domaine que j’ai longuement parcouru et par lequel j’ai appris à reconnaître comment de simples chiffres peuvent indiquer de profondes vérités.

Et celle qui est ici sous jacente est impressionnante : j’associe le chiffre 26 aux quatre lettres du “Nom” divin, dit ‘tétragramme’ qui signifie “Je suis”. Ce nom est donné à l’humain pour qu’il le répète et acquière une protection totale. Bizarrement, la tradition Judaïque en viendra à interdire de prononcer ce mot et à le remplacer par Adonaï qui signifie ‘le seigneur’ privant ainsi les fidèles du bienfait du “Nom”.

Le chiffre 12, celui du Magnésium, m’invite à regarder la 12 ème lettre de l’Alephbeth qui est le Lamed, l’ancêtre de notre 12 ème lettre le ‘L’.

Or le Lamed, seule lettre de l’alephbeth à dépasser vers le haut, est symboliquement associé à une tige de végétal qui s’élève vers la lumière.

Que sait-on sur le sang ?

J’ai découvert assez récemment les conférences de Bernard Vial.

Après 30 ans de recherche, Bernard Vial affirme que le sang véhicule notre inconscient émotionnel. Traversé d’ondes de pression, de molécules d’oxygène et par plus de 500 protéines distinctes, le milieu sanguin offre un autre mode de communication via les protéines qu’il contient. Organe méconnu de la transmission de l’affect, le sang joue ainsi un rôle central dans la médecine affective.

Rupert Sheldrake, le biologiste de l’âme

Rupert Sheldrake est un biologiste britannique. Il a été Directeur de recherches en biochimie à l’Université de Cambridge et chercheur à la Royal Society. Il est désormais mondialement connu pour sa théorie des champs morphogénétiques et de la résonance morphique. Ses recherches incluent des thèmes comme le développement et le comportement des animaux et les végétaux, la télépathie, les perceptions extra-sensorielles et la métaphysique. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages de référence dont “Les pouvoirs inexpliqués des animaux”, “L’âme de la nature” et “Réenchanter la science”.

Un article de Agoravox donne une idée de son champ d’investigation.