une pandémie par radio ?

La théorie des microzymas de Antoine Béchamp dément toute contamination, ou contagion.

Or, depuis ces deux dernières années, on a pu constater des phénomènes qui peuvent être interprétés comme une contamination : des personnes ayant été réunies quelques jours, ou quelques heures se retrouvent malades, avec les symptômes liées au covid.

Je ne m’expliquais pas ce phénomène jusqu’à ce que la lumière se fasse, tout récemment.

Lorsque Urmie Ray s’entretient avec Valentina Kiseleva, il apparaît clairement que les symptômes liés aux pesticides sont identiques à ceux du covid. Et, bizarrement, en août 2019, l’OMS aurait allégé les recommandations d’emploi des dits pesticides !

Je me disais donc que c’était un empoisonnement programmé, mais cette thèse ne tenait pourtant pas la route, car certains témoignages donnaient vraiment l’impression d’une subite contagion de groupe.

Et en y réfléchissant, je fais enfin le lien avec l’UKOKA, cette entreprise aux États Unis, qui , dans les années 50, traitait les champs de maïs non pas avec des pesticides, mais avec un émetteur radio qui envoyait les fréquences du pesticide tuant les insectes prédateurs. L’armée des USA avait un jour saisi le matériel de l’UKOKA et classé cette technologie comme “secret défense”.

Cette histoire est relatée dans le livre “La Vie Secrète des Plantes” de Peter Tompkins et Christopher Birds.

J’avais d’ailleurs photocopié le chapitre sur l’UKOKA pour l’envoyer à Jacques Benveniste, qui m’avait chaudement remercié.

Après sa ‘descente aux enfers’ due à ses publications sur la mémoire de l’eau, il mit en place une série d’expériences sur ce thème.

Ainsi il est ‘matériellement’ possible d’expédier par radio, dans un lieu précis, une série de fréquences ayant un effet sur un groupe de personnes, effet bénéfique ou maléfique, selon le choix de l’expéditeur.

Voilà mes réflexions du jour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code